Captives, les coulisses

Participez à la création de Captives.

Je ne peux tout simplement pas écrire et concevoir Captives sans vous. L’affirmer n’a rien de démago. Je m’explique. Qui dit fiction interactive, dit penser votre place dans mon dispositif. Penser la façon dont se raconte mon histoire de votre point de vue. Attention, je fais mes devoirs. Je m’escrime à décrypter vos usages mobiles, votre pratique des interwebs, vos likes, vos retweets, vos coms, à vous comprendre pour imaginer une place pour vous… Mais n’êtes vous pas les mieux placés ? Ou plutôt, vous et moi ne gagnerions nous pas à l’imaginer ensemble ? Votre expérience y gagnera en fluidité, j’y gagnerai en clairvoyance. D’où cette idée, née de mes échecs et de mes observations, de vous associer à la création de Captives.
C’est un peu comme sortir de sa coquille pour un poussin : un pas dans l’inconnu. C’est excitant et un peu effrayant aussi. Excitant de se dire qu’on va se confronter à des vrais gens, avec qui, logiquement, on partage des centres d’intérêt, que les points de vue vont s’enrichir mutuellement, que les idées vont fuser. Effrayant, comme chaque fois qu’on s’expose à un jugement. Mais le jeu vaut bien d’éventuelles blessures narcissiques. Tout ce que je risque finalement c’est que vos apports me donnent des ailes – si ça se passe bien entre nous – ou qu’ils me recadrent, vite et bien – si ça se passe… moins bien.

Alors, vous avez envie d’en savoir plus sur Captives ? Envie de découvrir les faits, innovations et personnages réels qui se cachent derrière la fiction ? Envie de faire connaissance des personnages et de l’univers dans lequel ils évoluent, de les aider à grandir, à mûrir ? Envie de tester ces assistants personnels d’un genre nouveau ?
C’est simple, rejoignez-moi.
Et j’espère que vous trouverez autant de plaisir que moi à l’exercice.

PartantE ? Laissez-moi votre adresse, là-dessous, je vous adresserai le sésame qui vous ouvrira les portes des coulisses (ou de ma cuisine, selon vos préférences).

Hâte de vous y retrouver
:- )

PS : croix de bois, croix de fer, je n’ai rien à vous vendre et je n’attends de vous que ce que vous voudrez bien me donner (je ne collecte pas de données à votre insu, je ne partage pas les informations que vous me livrez…).